Renaissance et effondrement

Hongwu
(1368-1398)

Yongle
(1403-1424)

Kangxi
(1661-1722)

Qianlong
(1736-1795)

Dynastie Ming : 1368 - 1644

Le chef rebelle Hung-Wu, également appelé Chu Yuan-chang , établi la dynastie  Ming après avoir expulsé les mongols en 1368 après JC, mais sa puissance était toujours assez faible après l'invasion mongole. Son royaume s’étendait  de la Grande Muraille jusqu’à l'est du Tibet - de plus petites frontières que la Chine moderne ou que la dynastie Tang, sur laquelle il modela son gouvernement en essayant de garder le pouvoir  centralisé. Ceci lui a donné plus de responsabilités.Il établi  un comité consultatif pour l’aider et réintroduisit les examens comme méthode pour choisir les gouverneurs et les juges.
En l'an 1451, après une guerre civile, l'empereur Yung-Lo déplaça la capitale de Nanjing à Beijing, où il  commença la construction du palais impérial, qui existe toujours aujourd'hui. La littérature devint plus importante, des écoles furent créées, et le système de justice fut reformé. La Grande Muraille et le Grand Canal furent également améliorés. La dynastie était divisée en 15 provinces et trois commissaires furent assignés à chaque province : un pour les finances, un pour les militaires, et un pour les sujets juridiques. Le commissaire financier fut remplacé par un gouverneur dans les dernières années de la dynastie.
La puissance des Ming était grande. Ils commencèrent par rétablir un tribut parmi les états non-Chinois de l'Asie de l'Est. Ce tribut exigeait que ces états reconnaissent la suprématie morale et culturelle des Chinois. Dans le premier quart du 15ème siècle, les Ming avaient défait de manière décisive les tribus mongoles. En plus de la supériorité des troupes terrestres, la marine chinoise était forte. Leur puissance fut ressentie dans l'ensemble du sud-est asiatique, de l'Inde, et de Madagascar.
La puissance des Ming commença à diminuer à partir du milieu du 15ème siècle. La qualité de la gestion impériale se détériora et les eunuques commencèrent à exercer le contrôle des empereurs, ce qui irrita les bureaucrates et créa des factions dans le gouvernement.
En outre, la guerre épuisait les trésors impériaux. Beaucoup d'argent était dépensé pour se défendre contre les tribus mongoles au nord et contre les pirates japonais le long de la côte. Les trésors royaux furent  épuisés pour défendre la Corée dans une guerre de sept ans contre les pirates japonais. Dans les dernières années de la dynastie Ming, des relations maritimes avec les pays occidentaux furent ouvertes. Parmi les pays qui eurent des comptoirs commerciaux ou des accords avec la Chine il y avait : les Portugais à Macao (1514), les Néerlandais à Taiwan (Formose) (1619) et plus proche par les îles Pescadres. Dans le même temps, les missionnaires jésuites vinrent pour répandre la foi chrétienne et les connaissances scientifiques occidentales. Les Jésuites gagnèrent bientôt les faveurs de la cour Ming et les disciples néo-confucéens furent préoccupés par le mérite individuel et l'ordre social. Les jésuites ne purent pas implanter le christianisme ou les connaissances scientifiques occidentales à la cour chinoise.
La dynastie de Ming fut réduite par une rébellion quand le gouvernement ne put donner à manger au peuple en temps de famine. Quand les rebelles attaquèrent, l’élite des troupes Ming fut déployée le long de la Grande Muraille pour se protéger contre une tribu mandchoue. D'autres Mandchous offrirent leur aide pour chasser les rebelles, ce qu'ils firent, mais après cela, les Manchous refusèrent de partir et ils forcèrent les Ming à se retirer au sud.

L’art dans la dynastie de Ming: Après que les mongols furent rejetés hors de Chine, et pendant que les empereurs chinois se succédaient, la sculpture stagna. Les sculpteurs de la dynastie Ming ont juste répété ce qui avait été fait dans le passé. Les peintures des oiseaux, des fleurs et des personnages, , sont parmi les meilleures peintures détaillées. La poterie Ming est  célèbre pour son excellence, et à  cette époque, la laque chinoise est devenue beaucoup plus belle et créative.

 

 

Qing ou dynastie Manchu : 1644 - 1911

Les Manchous envahirent la Chine, et sous leur règne, la culture et les arts s’épanouirent. Le plus grand roman de la Chine connu sous différents noms : « Le Rêve de la Chambre Rouge », « Un Rêve des Manoirs Rouges » et « L’Histoire de la Pierre » fut écrit pendant cette dynastie. Mais les Manchus étaient bien plus conservateurs et inflexibles que les Ming, et ils s’attendaient à ce que chacun traite l'empereur comme le Fils du Ciel et  ne considéraient aucun autre pays comme l'égal de la Chine. En retard sur ce point, à partir de 1840, il y eu corruption, rébellion, décentralisation du pouvoir et combats internes parmi les réformateurs qui voulaient refouler le chaos. Connus en Chine sous le nom de    « Traités Inégaux », les traités étaient signés avec les puissances étrangères, qui donnèrent aux marines étrangères le droit de naviguer sur les fleuves chinois et accordèrent des territoires supplémentaires. Les Qing bien que souffrants, furent assez forts pour écraser la rébellion des Boxers en 1900, menés principalement par les soldats de la marine des USA. Mais garder la Chine unie s’est avéré impossible avec la chute de la dynastie Qing en 1911, suivie de près par la Première Guerre Mondiale.

Sous le règne Manchu, la Chine atteignit l’apogée de ses 2000 ans d’histoire mais s'est effondrée sous les pressions internes aussi bien qu’ externes de l'Ouest. Comme les précédents envahisseurs de la Chine, les Manchous commencèrent par absorber la culture chinoise. Le gouvernement fut basé sur celui des Ming et était plus centralisé. L'administration centrale fut régulée par un nouvel établissement appelé le Grand Conseil, qui réglait les affaires militaires et politiques sous le guide de l'empereur. Les chefs de bureaux dans la capitale avaient à la fois un chef chinois et un chef Manchou. La bureaucratie traditionnelle et la fonction publique étaient généralement les mêmes que les dynasties chinoises précédentes.
Vers la fin du 17ème siècle, les Manchous avaient effectivement éliminé toutes les oppositions Ming et avaient vaincu une rébellion menée par les généraux chinois qui avaient aidé les Manchous. La dynastie Manchu contrôla par la suite la Manchourie, la Mongolie, le Xinjiang, et le Tibet. Même la Birmanie népalaise, la Corée, et le Vietnam reconnurent la Chine comme puissance majeure.
Bien que la dynastie Manchou ait maîtrisé ses ennemis, le 18ème siècle fut un moment de paix sans précédent. Cependant, comme dans le passé, la croissance de la population surpassa la croissance économique et la vie pour le paysan chinois devint plus dure. Les fonds du gouvernement s’épuisèrent suite à l'expansion étrangère, et les Manchous durent à contrecœur accepter le commerce avec l'Ouest.

Les partenaires commerciaux les plus actifs étaient les britanniques, les français, et les Américains. Les Anglais, dans un effort pour gagner une plus grande emprise sur le marché chinois, présentèrent l'opium hindou. Ce commerce d'opium épuisa les réserves d’argent chinoises et donna aux Anglais un large avantage sur tous les autres partenaires commerciaux de la Chine.
                                                            


     

La Chine républicaine: 1911 - 1949

Le soulèvement de Wuchang éclata le 10 octobre 1911. Dans la nuit du 10 octobre, les premiers projectiles provinrent des chefs de la révolution et le soulèvement commença. Wuchang fut occupée après une nuit de combats. Le 12, l'armée révolutionnaire occupa également Hanyang et Hankou, les deux autres villes, qui avec Wuchang composaient la ville de Wuhan. Après la victoire du soulèvement de Wuchang, les révolutionnaires commencèrent immédiatement les préparatifs pour établir un gouvernement. Le 1er janvier 1912, Sun Yat-sen fit le serment d’entrée en fonction et proclama l'établissement de la République de Chine. Le gouvernement provisoire à Nanjing dirigé par Sun Yat-sen était le produit d'une révolution démocratique bourgeoise. Le gouvernement provisoire de Nanjing publia beaucoup de lois concernant les réformes politiques, sociales et économiques. Mais vue que le gouvernement ne toucha pas à la base de la société semi-coloniale, semi-féodale, il ne résolvait pas les soucis immédiats du peuple, tout particulièrement les demandes des paysans pour de la terre. . Les puissances impérialistes craignaient et détestaient la révolution chinoise, et après le soulèvement de Wuchang ils se sont donné beaucoup de peine pour soutenir les Qing et briser la révolution. Avec la rapide désintégration des Qing les puissances impérialistes cherchèrent  un nouveau laquait. Leur choix tomba sur  Yuan Shikai, un représentant des propriétaires et des forces de transition .Elles firent pression sur la cour Qing pour le nommer à une position importante. Sous la pression des forces réactionnaires intérieurs et extérieures, les révolutionnaires arrivèrent à un compromis et  acceptèrent le 15 janvier, à condition que l'empereur Qing abdique et que Yuan Shikai soutienne la république, de remettre le pouvoir politique à Yuan. Le 10 mars, Yuan Shikai assuma formellement la fonction à Beijing et établi un régime antirévolutionnaire représentant les grands propriétaires et la classe intermédiaire. Les fruits de la victoire de la révolution ayant été usurpés par Yuan Shikai, (un agent des puissances impérialistes),   commença le règne en Chine des seigneurs de la guerre de Beiyang. En tant que république démocratique bourgeoise, la République de Chine eu seulement une brève existence dans l'histoire. Elle a seulement renversé un empereur féodal, mais n'a pas renversé l'exploitation et l'oppression par l'impérialisme et le féodalisme. La Chine était toujours une société semi-coloniale et semi-féodale. Les forces impérialistes et féodales continuèrent de régner sur la Chine, et les Chinois anti-impérialistes, la révolution démocratique antiféodale était toujours loin d’être complète.

La République populaire de Chine: 1949 – présent

La République populaire de Chine fut formellement établie le 1er octobre 1949, avec Mao déclarant la création « de la dictature démocratique du peuple ». L'Union Soviétique reconnu la République populaire le 2 octobre 1949 et en février suivant, la Chine et l'Union Soviétique signèrent le Traité de l'Amitié, de l'Alliance et de l'Aide Mutuelle, valide jusqu'en 1980. Au commencement, le nouveau gouvernement eu la paix et la nouvelle direction fut très disciplinée et embarquée sur un programme d'intégration et de réformes nationales. Des politiques économiques et sociales modérées furent mises en application et les résultats furent impressionnants. L’implication dans la guerre de Corée,  ralenti ces progrès et en 1951 l'ONU déclara la Chine être un agresseur et la sanctionna par un embargo global sur le transport d’armes et de matériel de guerre.. Aussitôt le gouvernement lança une campagne massive contre les ennemis de l'état, y compris les étrangers, les missionnaires et plus tard les artistes et auteurs.
Des millions de personnes furent punies ou affectées d’une manière ou d’une autre  par cette campagne qui stipula que la culture et la littérature devaient refléter l'intérêt de la classe des travailleurs.


web design & development : h2a.lu
//