Shanghaï

La plus grande ville de la République Populaire de Chine, Shanghai est également la huitième plus grande ville au monde. La ville est une vitrine de l'économie moderne chinoise et également un des plus importants centres culturels, commerciaux, financiers, industriels et de communications en Chine. C'est une municipalité qui a le statut de province et c’est l'un des ports les plus occupés du monde. En 2005, en fait, elle a été nommée le plus grand port de marchandises du monde.

Ce qui a commencé comme un somnolent petit village de pécheur est devenu le centre de la culture, du vice, du discours intellectuel et de l'intrigue politique pendant la République de Chine. C'était également la troisième place financière, après Londres et New York.

Situé sur le delta du fleuve Yangtze en Chine de l’est, Shanghai était la plus grande ville commerciale en Extrême-Orient à la fin du 19ème siècle et début du 20ème. Après le changement communiste en 1949, les lourdes impositions du gouvernement central ont ralenti la croissance de la ville, mais après le redéveloppement du marché en 1992 Shanghai regagna rapidement sa force et a mené la croissance économique de la Chine.

Les deux caractères chinois dans le nom Shanghai signifie littéralement ‘sur’ ou ‘dessus’ et ‘mer’. Le nom date de la dynastie Song, mais les linguistes s’interrogent afin de savoir s’ils devraient être interprétés comme ‘les extensions supérieures de la mer’ ou ‘aller vers la mer’, qui reflète peut-être mieux la nature du port maritime de la ville. Quand on parle de l'art et de la culture shanghainais les deux caractères sont parfois inversés pour un son plus poétique, Haishang.

Shanghai est aussi communément appelée Shencheng, ou la ville de Shen, et en français elle a eu une variété de surnoms : Paris de l'Est, Reine de l'Orient, Perle de l'Orient et même la Putain de l'Asie pendant l'époque du vice, des drogues et de la prostitution pendant les années 20 et 30.

Histoire

Shanghai faisait partie de comté de Songjiang avant qu'elle ne se développe comme une ville, mais dès la dynastie Song, Shanghai commença à devenir  un port maritime très actif et devint trop grande pour ses juridictions politiques originelles. Aujourd'hui, Songjiang est l'un des 18 districts de Shanghai.

La construction d'un mur de cité en 1553 après JC est reconnue comme étant le vrai commencement de la ville de Shanghai, mais avant le 19ème siècle, ce n'était pas une ville importante. Il y a donc peu de repères antiques  dans la ville, bien que Shanghai fut dans le centre culturel historique du royaume de Wu (222-280).  les quelques repères culturels sont très anciens et datent généralement de la période des Trois Royaumes.

Shanghai est devenu un important port régional pour les fleuves Yangtze et Huangpu pendant la dynastie Qing et elle devint aussi un important port maritime pour les provinces voisines de Jiangsu et de Zhejiang, bien que le commerce avec l’étranger soit interdit à cette époque. Vers la fin de l'ère Qianlong de la dynastie Qing, Shiliupu (maintenant dans le district de Huangpu) devint le plus grand port en Asie de l'Est.

Shanghai s'est développée radicalement au 19ème siècle grâce à sa position stratégique à l’embouchure du fleuve Yangtze, qui lui fourni un endroit idéal pour le commerce avec l'ouest. Les forces britanniques ont temporairement tenu Shanghai pendant la Première Guerre de l'Opium au début du 19ème siècle. La guerre pris fin avec le Traité de Nanjing en 1842 qui a ouvert le port de Shanghai au commerce international. En 1843 le Traité de Bogue a été signé et le Traité Sino-américain de Wangsia en 1844 a accordé l'extraterritorialité des nations étrangères sur le sol chinois, qu'ils ont officiellement maintenu jusqu'en 1943 mais qui était en réalité défunt vers la fin des années 30. Dans les années 20 et 30, Shanghai était une ‘ville de péché’ où les bandits régnaient et les casinos et les maisons closes abondaient.

Revenons à nouveau vers le milieu des années 1800, la rébellion de Taiping éclata en 1850, et en 1853 Shanghai fut occupée par un groupe de rebelles appelés la Petite Société des Epées. Les combats détruisirent la campagne mais laissèrent les colonies étrangères indemnes et les Chinois cherchèrent refuge dans ce secteur. C'est pourquoi les précédents règlements proscrivant les Chinois de vivre dans des colonies étrangères ont été annulés, et en 1854 de nouveaux règlements ont été élaborés rendant la terre disponible aux Chinois. Plus tard, le prix des terres monta nettement.

La même année, 1854, a vu la première réunion annuelle du Conseil Municipal de Shanghai, créé pour contrôler les colonies étrangères. En 1863 la colonie britannique et la colonie américaine se joignirent pour former la colonie internationale. Les Français ont décidés de se retirer du Conseil Municipal de Shanghai et maintinrent à la place leur propre concession française. En attendant, une grande vague d’émigrants venue d'Europe et d'Amérique du Nord est apparue, s'appelant eux-mêmes les ‘Shanghighlanders’. Le Japon émergea comme puissance étrangère additionnelle à Shanghai après la signature du Traité de Shimonoseki après la guerre Sino-japonaise de 1894-95. Le Japon resta pour construire les premières usines à Shanghai, bientôt copié par d'autres puissances étrangères et responsables de l'apparition de l'industrie à Shanghai. A l’époque, Shanghai était également le plus important centre financier en Extrême-Orient.

Sous la République de Chine, Shanghai fut faite ‘ville spéciale’ en 1927 et une municipalité en mai 1930. La marine japonaise bombarda Shanghai le 28 janvier 1932 afin d'écraser les protestations d'étudiants contre l'incident mandchou et l’occupation japonaise. Les Chinois exercèrent des représailles : c’est l’incident du 28 janvier. Les deux côtés combattirent dans une impasse et un cessez-le-feu ne fut pas négocié avant mai. Dans la deuxième guerre Sino-japonaise, la ville est tombée après la bataille de Shanghai en 1937 et a été occupée par les Japonais jusqu'en 1945. La colonie internationale a été occupée le 8 décembre 1941 après l'opposition de seulement un canonnier britannique restant dans le port et de quelques irréguliers chinois.

Dès 1919 Shanghai avait été un centre pour réfugiés, quand les Russes blancs fuirent  la révolution . Les Russes furent la deuxième plus grande communauté étrangère à Shanghai après les Japonais et aidèrent à façonner l'économie et l'ordre de la colonie internationale jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Pendant la deuxième guerre mondiale, Shanghai devint encore un aimant pour les réfugiés européens. C'était la seule ville du monde entier qui a ouvert ses portes sans réserve aux juifs. En conséquence, 32.000 juifs sont venus pour s’installer à Shanghai, rejoignant fièrement ceux qui se sont appelés les ‘Shanghailanders’. Toutefois, ce n'était pas entièrement un refuge sûr pour les juifs - les Japonais mirent dans des ghettos les réfugiés juifs en 1941 sous pression de leurs alliés nazis et ces juifs souffrirent de faim et sont morts de maladies infectieuses. Le gouvernement japonais stoppa court à la déportation des juifs vers l'Allemagne, ce qui était demandé par les nazis.

En 1949 l'Armée de Libération du Peuple du Parti Communiste a pris le contrôle de Shanghai, mais Shanghai était la seule des anciennes municipalités de la République de Chine qui ne fut pas fusionnée avec les provinces voisines pendant la décennie suivante.

La plupart des sociétés étrangères ont déplacé leurs bureaux de Shanghai à Hong Kong après la prise de pouvoir des communistes. Pendant les années 50 et 60, Shanghai est devenu un centre industriel et également un centre pour les gauchistes révolutionnaires. Même pendant le pire de la Révolution Culturelle, Shanghai parvint à être productif et maintint une relative stabilité sociale. Tout au long de l'histoire de la République Populaire de Chine, Shanghai était le plus grand contribuable pour le gouvernement central qui a estropié l'infrastructure et le développement financier de la ville. Bien que soutenant le choc de la charge fiscale du pays,  Shanghai  n’a pas était autorisée a lancer des réformes économiques avant 1991.

Shanghai a été le centre politique de la Chine pendant des années ; plusieurs des hauts fonctionnaires du gouvernement chinois à Pékin ont débutés à Shanghai dans les années 80 sur une base critique de l'extrême-gauche de la révolution culturelle. La prétendue faction de droite de Shanghai des années 90 est vue par beaucoup comme s’opposant à l'administration chinoise actuelle.

Administration

Shanghai est administrativement égale à une province et est divisée en 19 divisions du niveau de comté; 18 districts et un comté. Le noyau urbain de Shanghai est étiré à travers plusieurs districts ; il n'y a aucun centre-ville.

Economie

Shanghai est la ville la plus peuplée et la plus développée des villes en Chine et elle est l'un des ports les plus occupés du monde. En 2005 elle a manipulé 443 millions de tonnes de cargaison, la désignant comme le port de marchandises le plus occupé du monde. Les réformes économiques ont démarrés une décennie plus tard à Shanghai que dans beaucoup d'autres provinces chinoises méridionales. Avant cela, la recette fiscale de Shanghai est allée directement à Pékin avec peu en retour. Même maintenant que les impôts ont été réduits à Shanghai, la ville compte pour 20 à 25 pour cent de tout l’impôt de la nation entière. Avant les années 90, cependant, Shanghai payait 70 pour cent des impôts de la Chine.

Shanghai avait un PIB par habitant de 46.586 yuan (5.620 USD) en 2003, la rangeant à la 13ème place parmi les 659 villes chinoises. La ville a eu une croissance à deux chiffres pendant 14 années consécutives depuis 1992 et subit toujours un boom immobilier.

Historiquement très occidental, Shanghai devient de plus en plus un centre de communication important pour le partage d'information et de technologie. La ville accueillera l'expo 2010 de Shanghai sous le thème ‘Meilleure Ville – Meilleure Vie’.

Géographie

Shanghai fait face à la mer de Chine Est, qui fait partie de l'océan pacifique. Elle est séparée par le fleuve Huangpu ; Puxi contient la ville proprement dite du côté occidental du fleuve, alors qu'une nouvelle zone financière a pris naissance sur la rive orientale.

La municipalité a un climat subtropical humide influencé par la mousson, avec des températures froides en hiver et 32 degrés Celsius comme moyenne pendant les mois les plus chauds de juillet et d'août. Les températures extrêmes de -10C et +41C ont été enregistrées. Pendant le pic de la saison touristique en été le temps est chaud et accablant et l'humidité le rend presque insupportable pour des personnes non habituées à ce type de temps pour respirer correctement. La ville subit des ouragans plusieurs fois par année mais aucun n'a causé de sérieux dommages ces dernières années.

Démographie

Peu de résidants descendent des premiers habitants de la vieille ville murée. Presque tous les citoyens enregistrés sont des descendants des immigrés des deux provinces adjacentes de Jiangsu et de Zhejiang qui se sont déplacés à Shanghai à la fin du 19ème et début du 20ème siècle. En dépit de ceci, il y a un fort sentiment d'identité des Shanghainais, basé en grande partie sur un sentiment de supériorité culturelle et économique de la Révolution et jusqu’à aujourd'hui.

La population de la municipalité de Shanghai en l'an 2000 était de 16,738 millions, y compris la population flottante qui était estimée à environ 3,871 millions de personnes.

Les tensions ont récemment augmenté en raison du grand nombre d’émigrants venus de toute la Chine et qui ne parlent pas le dialecte local. Ces émigrants, plus de 3 millions qui sont arrivés seul en 2003, ont été associés à la hausse des taux de la criminalité, des ordures, faisant la manche et surchargeant les systèmes de transport et les écoles d'Etat, qui cause la malveillance des Shanghainais. Le Shanghainais peut facilement distinguer les émigrants des indigènes, et les émigrants sont sujets à la discrimination intentionnelle et involontaire. Le gouvernement municipal essaye de prévoir les besoins des émigrants tout en essayant ne pas augmenter le fardeau sur le Shanghainais indigène.

Culture

Le shanghainais est la langue populaire parlée à Shanghai et c’est un dialecte Chinois de Wu, mais la langue officielle est le mandarin standard. Le dialecte et le mandarin locaux sont mutuellement inintelligibles, et la langue distincte de Shanghai est vraiment une partie de l'identité des Shanghainais. Presque toute la population de Shanghai en dessous de 40 ans  parle le mandarin couramment. Beaucoup de vieillards qui étaient instruits avant la Révolution Culturelle parlent anglais, et ceux sous l'âge de 26 ans ont été éduqués depuis le premier cours obligatoire.

Shanghai a eu naturellement un rôle important dans les beaux arts. L'école Songjiang était une petite école de peinture pendant la dynastie Ming qui s'est développée à partir de l'école de Wu au centre culturel de la région, Suzhou. L'école Huating était une autre école d'art importante du milieu vers la fin de la dynastie Ming. Elle était célèbre pour la peinture, la calligraphie et la poésie chinoises traditionnelles, et était particulièrement célèbre pour sa peinture de Renwen. Dong Qichang est l'un des maîtres de cette école. L'école de Shanghai fut une école très importante pour les arts traditionnels durant la dynastie Qing et se poursuivant tout au long du 20ème siècle. Les maîtres de cette école aidèrent l’art chinois pour atteindre un autre sommet, et l'école continua la tradition intellectuelle de l'art chinois tout en rendant toujours hommage aux qualifications techniques des maîtres antiques. Les membres de cette école étaient eux-mêmes des intellectuels qui ont remis en cause leur statut et le but même de l'art. Dans une période de changement social rapide, les travaux de cette école furent variés et innovants et souvent ils contenaient de profonds mais subtils commentaires sociaux. Les figures les plus célèbres de cette école sont Ren Xiong, Ren Yi, Ahzo Zhiqian, Wu Changshuo, Sha Menghai (calligraphiste), Pan Tianshou et Fu Baoshi.

En littérature, le terme ‘Ecole de Shanghai’ était péjoratif et était utilisé par quelques intellectuels du ‘Mouvement du 4 Mai’ pour critiquer la littérature de Shanghai comme étant purement commerciale et ne faisant rien pour faire avancer la société.

Ce débat sur la valeur littéraire de Shanghai est connu comme le débat  jingpai/haipai. Shanghai est vue comme le lieu de naissance de toutes les choses modernes en Chine. C'était ici que la première automobile a été conduite, les premières voies de train posées, les premiers égouts modernes installés. C'était également un champ de bataille intellectuel entre les auteurs socialistes et ceux plus enclin au romantique et à l’esthétique.

Shanghai est également le lieu de naissance du cinéma et du théâtre chinois. Le premier court métrage de la Chine, ‘Le Couple Difficile’, et le premier long métrage fictif national, ‘L’Orphelin Sauve Le Grand-père’, étaient tous deux produits à Shanghai, en 1913 et 1923 respectivement. L'industrie locale du film a continué à s'épanouir au début des années 30, amenant à comparer des stars comme Marilyn Monroe et Zhou Xuan. Une autre star de cinéma, Jiang Qing, allait devenir Madame Mao Zedong.

La culture populaire de Shanghai, aussi appelée Pops Shanghainaise a été transférée à Hong Kong avec les nombreux émigrants et réfugiés après la Révolution Communiste. Wong Kar-wai, un indigène Shanghainais, a dirigé le film ‘In the Mood For Love’, qui dépeint la communauté shanghainaise déplacée à Hong Kong et la nostalgie pour cette époque, avec de la musique de Zhou Xuan des années 40.

Les personnes shanghainaises sont stéréotypées par les autres Chinois. Ils les jugent  prétentieuses, stricts, matérialistes et dédaigneuses des provinciaux, mais en même temps elles sont respectées pour leur méticuleuse attention au détail, leur professionnalisme et leur style. Une croyance persistante à travers la Chine est que les hommes shanghainais sont dominés et sous le joug de leurs épouses.
En fait, les maris à Shanghai jouent souvent plusieurs rôles : chef de ménage, père, cuisinier, plombier, charpentier et bricoleur. Bien que périmée, cette idée de maris dominés est l'une des premières choses à laquelle les gens pensent au moment où ils entendent Shanghai mentionné. Les indigènes de Shanghai en retour  disent que les hommes des autres provinces, particulièrement dans le nord, sont des machos.

Un élément culturel unique shanghainais sont les résidences ‘shikumen’, qui sont deux ou trois maisons urbaines avec les fronts de rue protégés par de hauts murs de brique. Les résidences sont reliées et parcourues par des allées droites connues sous le nom de ‘longtang’. L'arrangement entier ressemble à des terrasses de maisons ou à des maisons urbaines communes dans les pays anglo-américains mais distinguées par le grand et lourd mur de brique devant chaque maison. Les ‘Shikumen’ sont un mélange d'architecture occidentale avec l'architecture traditionnelle et le comportement social du Yangtze inférieur. Pendant la seconde guerre mondiale, plus de 80 pour cent de la population vécu dans ce genre de maisons. Quelques unes étaient de mauvaises qualité, rapidement construites et ressemblant à des taudis, alors que d'autres étaient plus robustes et construites avec les agréments modernes comme des commodités. Pendant la seconde guerre mondiale et après, même jusqu'à ce jour, certaines de ces maisons ont été fortement subdivisées, avec des salles de séjour spacieuses divisées en trois ou quatre salles exigües louées à une famille entière.

Une autre contribution culturelle shanghainaise est le ‘cheongsam’, une version moderne du traditionnel vêtement chinois/mandchou qipao qui fut d'abord porté à Shanghai dans les années 1910. La robe de cheongsam était bien ajustée avec les côtés coupés haut, tandis que le qipao traditionnel a été conçu pour cacher la ligne et pour être porté par des femmes de n'importe quel âge. Le cheongsam pourrait être facilement porté avec un manteau occidental et une écharpe et donne une image unique de modernité de l’Asie de l’Est qui rend la population shanghainaise assez uniforme. Le cheongsam a progressé parallèlement aux changements des modes occidentales, et les modèles ont évolué pour inclure les robes sans manche de haut cou, les manches cloches, et les bords à lacets noirs. Dans les années 40, la robe arriva en noir transparent, corsage perlé et avec des velours assortis aux capes. Les tissus à carreaux sont devenus communs. La Révolution Communiste a mis un terme à la mode de Shanghai, mais ces dernières années, les modèles shanghainais ont eu une renaissance comme robe de soirée. L'industrie de la mode est revitalisée dans la mesure où il y a en moyenne une exposition de mode par jour dans la ville aujourd'hui.

En littérature, le ‘Sing-song Girls of Shanghai’ de Han Bangqing raconte la vie des filles shanghainaises qui chantent, dansent et procurent des services sexuels et la décadence qui les a entourées. Le roman a été édité en 1892, avec un dialogue complètement en Shanghainais. Le roman fortement populaire a créé un précédent pour la littérature moderne Chinoise, il a été traduit en mandarin et an anglais par Eileen Change. Le roman est aussi appelé parfois ‘Flowers of Shanghai’, après l'adaptation filmée de 1998. Eileen Chang elle-même était un auteur shanghainais célèbre pendant la deuxième guerre mondiale, et plusieurs de ses nouvelles romantiques bourgeoises ont été transformées en films d'art et d’essai. Ba Jin, un des auteurs chinois les plus célèbres du dernier siècle vécu et travailla à Shanghai et plaça certains de ses récits dans la ville. Un des grands romans chinois du 20ème siècle, ‘Qian Zhongshu’s Fortress Besieged’, est situé en partie à Shanghai et met en vedette essentiellement des personnages shanghainais. Il y a beaucoup d'auteurs locaux à Shanghai, mais les auteurs étrangers célèbres ont également visité la ville – Noel Coward, par exemple, a écrit son roman ‘Private Lives’ tout en restant à l'hôtel Cathay de Shanghai.

Attractions touristiques

Parmi les attractions culturelles et touristiques à Shanghai il y a le Musée de Shanghai et le Grand Théâtre de Shanghai, les Jardins Yuyuan et le Bund. Le Bund était à l'origine un débarcadères pour bateaux et les entrepôts qui ont été  remplacés par les luxueux buildings incluant le premier hôtel, le Pujiang, autrefois appelé ‘Astor House Hotel’, construit dans les années 20 - ayant eu Charlie Chaplin et Albert Einstein parmi ses premiers invités-, ainsi que les banques et les consulats aux styles coloniaux, classiques et d'art déco. La rive opposée du fleuve est très moderne, dominé par les 420 mètres de haut du Jinmao Dasha, aux étages supérieurs duquel est situé l’hôtel 5 étoiles Grand Hyatt Shanghai.

Les temples comprenant le temple Jing'an furent d'abord construits pendant la période des Trois Royaumes ; le temple Longhau- qui est le plus grand de Shanghai -a été également construit pendant la période des Trois Royaumes, ainsi que  le temple du Bouddha de Jade. Les cathédrales et églises incluent la Cathédrale Xujiahui, la plus grande cathédrale catholique à Shanghai ; la Cathédrale Dongjiadu, la Cathédrale She Shan et l'Eglise Orthodoxe Orientale. Il y a également la mosquée Xiaodaoyuan (Mini Verger de Pêche), la mosquée Songjiang et la synagogue Ohel Rachel. Les visiteurs peuvent voir la résidence de Sun Yat-sen, la  résidence de Chiang Kai-shek et la résidence du Vice roi et général Li Hongzhang de la dynastie Qing. Les villes fluviales antiques de Zhujianjiao et de Zhouzhuang attirent des touristes à la périphérie de Shanghai, et les nombreux marchés attirent des milliers de gens du pays et d’étrangers. Le marché de Wen Miao, route de Yunnan, le marché de Jiang yi lu avec ses fleurs et oiseaux et le marché de Dong Tai Lu sont parmi les plus célèbres. Shanghai revendique également la Troupe Shanghai de l’Opéra de Pékin.

Facultés et universités

Shanghai est le siège de plusieurs des universités les plus anciennes et les meilleures de la Chine. Il y a 14 universités nationales comprenant le Conservatoire de Musique de Shanghai, l'Académie Chinoise de l'Art, l'Académie de Théâtre de Shanghai et la deuxième Université Médicale Militaire. Il y a également de nombreuses universités publiques et privées  d'excellentes réputations, y compris l'Université de Shanghai de la Médecine Chinoise Traditionnelle et de l'Ecole Sino-européenne Internationale des Affaires.


web design & development : h2a.lu
//