Mongolie intérieure

Région autonome mongole de la République Populaire de Chine, la Mongolie Intérieure est distincte de la Mongolie Extérieure, qui était un terme employé par la République de Chine et des gouvernements précédents, pour se rapporter à l'état maintenant indépendant de la Mongolie et de la République de Tuva en Russie.
« Intérieur » et « extérieur sont des termes utilisés par les chinois .. Dans la Chine moderne, c’est le terme « Mengguguo » qui est employé et qui signifie « Etat de la Mongolie ».
En mongol la région porte le nom d’ öbür monggol, ou « Mongolie du Sud (sud du désert de Gobi) ».Selon le contexte ‘Obur’ signifie, devant, avant, poitrine ,sein ou sud. Ceci correspond aux points de vue traditionnels mongol et manchou du monde où la Chine du sud est considérée comme l’avant, la droite comme l’ouest, la gauche comme l’est et le nord comme l’arrière. Certains Mongols utilisent le nom ‘Southern Mongolia' en anglais.
Cette région autonome a approximativement la taille de la France et de l'Espagne réunies, ou du Texas et de la Californie. Elle a une superficie de 1,18 million de kilomètre carré, soit un total de 12 pour cent des terres chinoises, et en 2004, environ 23,84 millions de personnes vivaient dans ses frontières.
Tout le long du sud, la Mongolie Intérieure encadre la Chine proprement dite ; allant du sud-est au sud-ouest, les provinces de Heilongjiang, Jilan, Liaoning, Hebei, Shanxi, Shaanxi, à la région autonome de Ningxia Hui et Gansu. Le nord longe la Mongolie et la Russie.

Histoire

Les régions centrales et occidentales de la Mongolie Intérieure, particulièrement la région de Hetao, furent convoitées par les fermiers chinois du sud et les nomades du nord (y compris les Xiongnu, les Xianbei, les Khitan, les Nurchen et les nomades mongols). La Mongolie Intérieure orientale fait actuellement partie de la Manchourie et son histoire est faite de luttes de pouvoir internes entre nomades et agriculteurs chinois .. Pendant la dynastie Zhou, les peuples nomades tels que les Loufan, les Linhu et les Di habitèrent au centre et à l’ouest de la Mongolie Intérieure (la région de Hetao et les environs), alors que la Mongolie Intérieure orientale était occupée par les Donghu. Le Roi Wuling (340-295) essaya d’étendre sa puissance dans la région pendant la période des Etats Belligérants, et après avoir détruit l'état Di de Zhongshan dans ce qui est maintenant la province de Hebei, il vainquit les Linhu et les Loufan et établi la commanderie de Yunzhong près du contemporain Hohhot. Il construisit aussi un long mur dans la région de Hetao. Après que Qin Shihuang ait unifié l'empire chinois pour la première fois en 221 avant JC, il envoya le général Meng Kuo pour expulser les Xiongnu de cette zone, et il incorpora le vieux mur du Roi Wuling dans la Grande Muraille de Chine de la dynastie Qin. Il fit collaborer deux commanderies de la région et, déplaça 30.000 ménagespour garantir la sécurité.. Ces efforts furent abandonnés, après l'effondrement de la dynastie Qin en 206 avant JC.

Pendant la dynastie Han occidentale, en 127 avant JC, l'empereur Wu envoya le général Wei Qing pour reprendre la région de Hetao aux Xiongnu. Le général réussi, et l'empereur Wu continua la politique de déplacement des personnes dans Hetao pour le défendre contre les Xiong-Nu. C’est la même année qu’il établit les commanderies de Shuofang et de Wuyuan dans Hetao. Pendant ce temps l’est de la Mongolie Intérieure était dirigée par les Xianbei, qui deviendraient plus tard plus puissant et influent que les Xiongnu.
Les Xiongnu qui se sont rendu à la dynastie Han orientale (25-220 après JC) commencèrent à s’intégrer dans Hetao . Plus tard, pendant la dynastie Jin occidentale, ce fut un noble Xiongnu de Hetao, Liu Yuan, qui établi le royaume de Han Zhao dans cette région, ce qui fut le début de la période de Seize Royaumes et la désintégration de la Chine nordique sous divers régimes comprenant les Xiongnu et les Xianbei.
Un empire chinois unifié fut de nouveau établi sous la dynastie Sui (581-618) et la dynastie Tang (618-907. La région se peupla de résidents fidèles aux conquérant .Quand l'empire Tang tomba, ces efforts furent stoppés. Hetao et le reste de ce qui est aujourd'hui la Mongolie Intérieure furent intégrés à l'empire Khitan (dynastie Liao), fondé par un peuple nomade( appelé les Khitans qui furent à l'origine de ce qui est maintenant la région sud de la Manchourie et de la Mongolie Intérieure orientale.)

En 1206 Genghis Khan unifia les tributs Mongols,il continua la conquéte des Tanguts en 1227 et des Jurchens en 1234.La dynastie Yuan fut établie par ses descendants après la conquéte de la chine 1279,ceci plus ou moins 100 ans avant que la dynastie Ming rejette la dynastie yan hors de chine . C’est à cette époque que les Ming reconstruisirent la grande muraille de chine à l’endroit actuel.Les Manchous régnèrent sur les mongols au début du 17ème siècle et envahirent la Chine des Ming en 1644, l'amenant ainsi sous le contrôle de leur dynastie Qing.

Sous cette dynastie de 1644 à 1912, la Mongolie fut administrée différemment selon chaque région :

La Mongolie externe : cette région est équivalente à l'état indépendant moderne de la Mongolie, à la région de Tannu Uriankhai (sous administration russe) et à une partie du Xinjiang du nord. Sous les Qing manchous, le général d'Uliastay basé dans la ville d'Uliastay surveilla les quatre alliances des mongols Khalkha en Mongolie nordique et centrale, aussi bien que dans les régions de Tannu Uriankhai et de Hovd au nord-ouest de la Mongolie.

La Mongolie intérieure : était approximativement l'équivalent de la Mongolie moderne plus quelques régions voisines dans les provinces de Liaoning et de Jilin. Les tribus de la Mongolie méridionale relevèrent de six alliances : Jirim, Juu Uda, Josutu, Xilingol, Ulaan Chab et Yeke Juu.

Mongolie Taoxi : est la région la plus à l’ouest de la Mongolie Intérieure moderne ; ici, les clans d'Alashan Oolud et d'Ejine Torghuud étaient séparées des alliances de la Mongolie Externe (aimags) et de la Mongolie Intérieure (chuulghans). Les Huits Clans Chahar étaient sous le commandement militaire de Chahar (maintenant Zhangjiakou). La région qu’ils contrôlaient atteignait le sud de Ulaan Chab et Baynnur dans la Mongolie Intérieure moderne, ainsi que la région autour de Zhangjiakou dans la province de Hebei. La juridiction de quelques départements frontaliers des provinces de Zhili et de Shanxi empiéta sur cette région.
Le clan de Guihua Tumed était commandé par le commandant militaire de Suiyuan, qui est maintenant Hohhot. Le secteur correspond à la ville moderne de Hohhot. La juridiction de quelques départements frontaliers de la province de Shanxi se superposa dans cette région.
Hulunbuir actuellement ( nord-est de la Mongolie Intérieure) était sous la juridiction du général de Jeilongjiang, un des trois généraux de Manchourie.

Les mongols furent autorisés à voyager à l’exterieur de leur propres alliances. Les fermiers chinois Han, qui avaient été présents en Mongolie Intérieure depuis la période d'Altan Khan, commencèrent à augmenter rapidement en nombre. Les Manchous étaient de plus en plus sous l'influence des Chinois, et menacé par les Russes, ils encourageaient les Chinois Han à s’installer en Mongolie et Manchourie en tant que protection supplémentaire. Des chemins de fer furent construits facilitant l’implantation des chinois Han, qui achetèrent ou louèrent la terre des princes mongols, ou reçurent la terre volée aux nomades.
Pendant l’époque de la République de Chine, la Mongolie Externe, avec l'appui russe, est devenue un satellite soviétique.

La Mongolie Intérieure, en attendant, fut réorganisée en provinces. La province de Rehe a été créée pour inclure les alliances de Juu Uda et de Josutu, comme la région de Chengde dans ce qui n'est pas le Hebei du nord. L’alliance Jirim pour la plus grande part fut sous la nouvelle province de Fengtien en Manchourie méridionale. La province de Suiyuan fut créée pour inclure l’alliance d'Ulaan Chab, l’ alliance de Yeke Juu et la région de Hetao (ancien territoire de Guihua Tumed).
Hulunbuir resta avec Heilongjiang en Manchourie, qui était devenue une province. La province de Chahar fut créée pour inclure l’alliance de Zilingol ainsi qu'un large pourcentage de l'ancien territoire des Huit Clans. Quelques cartes à Taiwan montrent toujours cette structure organisationnelle.
En 1931 la Manchourie passa sous contrôle de l'état Manchukuo, instrument des japonais. Les régions mongoles dans les provinces mandchoues furent également prises et Rehe fut incorporé à Manchukuo en 1933 (et avec lui les alliances de Juu Uda et de Josuta). Manchukuo régna sur ces régions jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale en 1945.
La guerre ouverte éclata entre la République de la Chine et le Japon en 1937. Le 8 décembre 1937, le prince mongol De Wang déclara les parties restantes de la Mongolie Intérieure indépendantes comme Mengkiang ou Mengkukuo et il signa des accords avec le Manchukuo et le Japon, transformant aussi la Mongolie Intérieure en état marionnette des japonais. La capitale a été établie à Zhangbei, maintenant dans le Hebei. Lors de l’operation « tempéte d’aout ‘ en 1945 Mengkiang fut pris par les soviétiques et les troupes de Mongolie externe.A la fin de la deuxième guerre mondiale, les communistes chinois reprirent la majeure partie de la Manchourie avec l'appui soviétique et établirent la Région Autonome de Mongolie Intérieure en 1947 selon la politique soviétique des nationalités. Au début, la région autonome incluait juste la région de Hulunbuir, mais quand les communistes établirent la République Populaire de Chine et consolidèrent leur contrôle sur la Chine, la Mongolie Intérieure s’agrandit pour inclure cinq des six alliances originales (excepté l’alliance de Josutu, qui demeure dans la province de Liaoning), la région de Hetao et les clans d'Alashan et d'Ejine. Avec le temps, presque toutes les régions voisines avec d'importantes populations mongoles furent incorporés à la région, donnant à la Mongolie Intérieure sa forme ovale actuelle.

Pendant la révolution culturelle, commençant en 1969, une partie de la Mongolie Intérieure fut partagée entre les provinces environnantes, avec Hulunbuir divisé entre Heilongjiang et Jilin ; Jirim donné à Jilin, Juu Uda à Lianing et les régions d'Alashan et d'Ejine divisée entre Gansu et Ningxia. La Mongolie Intérieure retourna à son statut d’avant la révolution quand la politique de distribution fut inversée en 1979.
Quelques groupes aujourd'hui réclament l'indépendance de la Mongolie Intérieure de ce qu'ils considèrent comme l’impérialisme chinois. Ces groupes ne sont pas fortement soutenu, ils ont moins d'influence dans et autour de la Mongolie Intérieure que les mouvements semblables ont au Tibet, au Xinjiang et à Taiwan.

Aujourd’hui la Mongolie Intérieure est divisée en 12 préfectures, y compris neuf villes du niveau de préfecture et trois ligues. Plusieurs des villes du niveau de préfecture ont été converties très récemment en ligues. Les 12 préfectures de la Mongolie Intérieure sont subdivisées en 101 comtés, y compris 21 districts, 11 villes du niveau de comté, 17 comtés, 49 bannières ( ?) et trois bannières( ?) autonomes. Celles-ci à leur tour sont divisées en plus petites communes (1425), villes (532), communes (407), sumu (277), communautés ethniques (18), un sumu ethnique ( ?) et 190 sous-districts.

Economie

Le PIB nominal de la Mongolie Intérieure en 2005, 382,28 milliards de yuan ou 47,2 milliards USD, était de 120 pour cent plus élevé qu’en 2000. L'augmentation annuelle moyenne a été de 16,6 pour cent. Son PIB par habitant a excédé 15500 Yuan (1900 USD) en 2005, et le revenu urbain par habitant et le revenu rural par habitant étaient respectivement de 9130 Yuan et 2980 Yuan, en augmentation de 78 et de 46 pour cent respectivement.
La Mongolie Intérieure a de riches ressources naturelles comprenant le charbon, le cachemire, le gaz naturel, des éléments de terre rare. Elle dépasse toutes les provinces chinoises dans la quantité de niobium naturel, de zirconium et de béryllium. Ces ressources, n'ont pas été exploitées très efficacement jusqu'ici. La Mongolie Intérieure est également un important producteur de charbon. Elle projette de doubler la production 2005 de charbon de 260 millions de tonnes d'ici 2010.
Des industries liées au charbon, à la production d'électricité et aux industries relatives à la sylviculture ont été construites en Mongolie Intérieure, où l’attention se focalise sur six industries concurrentielles : l’énergie, les produits chimiques, la métallurgie, la fabrication d'équipement, les produits de traitement agricole et les produits de pointe. Les compagnies connues basées en Mongolie Intérieure incluent ERDOS, Uili et Mengniu.

Démographie

Les Chinois Han représentent environ 80 pour cent de la population, avec des mongols comptant pour environ 17 pour cent. Ces mongols incluent divers groupes parlant Mongol comprenant les Buryats et les Oirats. Plusieurs des nomades mongols se sont installés dans des maisons permanentes depuis que les Maoïstes ont rendu l'économie collective.
Les autres groupes ethniques de Mongolie Intérieure incluent les Daur, les Evenks, les Oroqin, les Hui, les Manchous et les Coréens.

Culture

Les chinois Han vivant en Mongolie Intérieure parlent de nombreux dialectes selon la région. Dans l'est ils parlent habituellement le chinois du nord-est ; au centre ils parlent des variétés de Jin. Les villes telles que Hohhot et Baotou ont chacune leur propre dialecte chinois parfois incompréhensible à d'autres personnes parlant le Jin.
Les mongols parlent divers dialectes de la langue mongole comprenant Chahar, Bairin, Ordos, Jin-Alxa, Barghu-Buryat. La prononciation du mongol en Chine est basée sur le dialecte de Chahar, tandis qu'en Mongolie indépendante, la prononciation est basée sur le dialecte de Khalkha. Les Daur, les Evenks et les Oroqin parlent leurs propres langues.
La loi impose que tous les panneaux de signalisation, les enseignes commerciales et les documents gouvernementaux doivent être bilingues : en mongol et en chinois. Les annonces dans les transports en communs sont censées être bilingues. Les jeunes des ethnies mongoles parlent couramment chinois et le mongol commence à perdre de l'importance dans les zones urbaines. Dans les zones rurales, beaucoup d’ethnies mongoles parlent uniquement leur langue maternelle.

La Mongolie Intérieure a toujours été célèbre pour ses vastes prairies souvent dépeintes dans l’art mongol.
Rappelant les traditions nomades ,les spécialités culinaire de la Mongolie intérieur se compose de produit laitier et D’agneau. La marque la plus célèbre étant Mengniu et Yili (connu pour leur produits laitier et la crème glacée )

L'opéra de Jinju ou de Shanxi est populaire chez les Chinois Han de la Mongolie Intérieure. Le cirque attirent un bon nombre de jeunes gens comme choix de carrière . La célèbre troupe acrobatique de la Mongolie Intérieure voyage et travaille avec les cirques les plus célèbres tels que les Frères Ringling et Barnum et Bailey.
Le livre ‘Trésor de Khan’ de Clive Cussler traite de la découverte des gisements de pétrole en Mongolie Intérieure.



Tourisme

Les prairies de Bashang, sur la frontière près de Pékin, sont un lieu de villégiature pour les résidents urbains voulant s’échapper de la ville et vivre une expérience à la campagne.
Le mausolée de Genghis Khan et le cénotaphe de Genghis Khan dans la ville d'Ordos attire également un grand nombre de touristes.
À l'intérieur de la capitale Hohhot il y a de nombreuses attractions comprenant :
Le temple Dazhao construit en 1580 est connu pour sa statue argentée de Bouddha, ses décorations raffinées de dragons.
Le temple Xiaozhao, connu sous le nom de temple Chongfu, était le préféré de l'empereur Kangxi de la dynastie Qing. Il a été construit en 1697.
Le tombeau Zhaojun ( tombe de Wang Zhaojun d’une dame d’honneur du palais de la dynastie Han) qui était associée au règne de Xiongnu.

Les facultés et les universités

Il y a neuf établissements sous l'autorité du gouvernement. Ils offrent des programmes à temps plein pour les bacheliers, y compris l'Université des Sciences et Technologies de Mongolie Intérieure et la Faculté Médicale de Mongolie Intérieure.


web design & development : h2a.lu
//